.

Raci/ Soro Kanigui dénonce ‘’l’ingratitude’’ de Guillaume Soro

Soro Kanigui est un homme qui se sent trahi

C’est homme amer qui s’est prononcé ce vendredi 9 octobre 2020 sur sa page Facebook. Soro Kanigui Mamadou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a dit sa part de vérité sur divers sujets le concernant. Entre autres, son départ du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), sa démission du groupe parlementaire Rassemblement, son adhésion au Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) et sa trahison de Guillaume Soro. Ce que l’on retient des propos du député Soro Kanigui, c’est l’amertume d’un homme face à la crise de confiance qui existe désormais entre Guillaume Soro, ex-président de l’Assemblée nationale, et lui. Même s’il ne l’a pas cité nommément, le député de Sirasso relève, en filigrane, l’ingratitude dont il est victime de la part de son patron. Pour preuve, il révèle la diffusion sur les réseaux sociaux d’un courrier qu’il avait exclusivement adressé à Guillaume Soro, le 9 août 2020, dans lequel il annonçait sa démission de la tête du groupe parlementaire ‘’Rassemblement’’. Lequel a été mis sur pied grâce à ses efforts. En effet, selon M. Kanigui, lors de la transformation du Raci en parti politique, il avait été décidé de la mise sur pied d’un groupe parlementaire rattaché au parti. Guillaume Soro l’avait alors demandé de laisser Olibé Trazéré Célestine, député d’Issia, prendre la tête de ce groupe pour la promotion de ‘’géopolitique’’. Ce qu’il a accepté.

‘’Le départ qui désorganise le groupe parlementaire’’

Le départ de Trazéré Celestine au Rhdp a désorganisé le système de Soro
Le départ de Trazéré Celestine a désorganisé le système de Soro 

 

Quand en janvier 2020, Trazéré quitte le Raci pour le Rhdp, le poste de président du groupe parlementaire est resté vacant. C’est ainsi que les 13 députés qui constituent le groupe, dans leur majorité, lui proposent d’en être le président. Mais trois parmi eux refusent, occasionnant un blocage pour la formation du groupe parlementaire. Interpelé sur le sujet, poursuit Soro Kanigui, Guillaume Soro n’a daigné réagir. Depuis janvier jusqu’en août, pas de réponse de sa part malgré les relances. Pour l’intérêt général, Soro Kanigui dit avoir écrit, le 9 août dernier, à Soro pour annoncer sa démission afin que le groupe puisse être reformé, ce que son patron, révèle-t-il, n’a pas accepté. Le député Gnangomon Koné de la localité de Dianra, qui était pressenti pour occuper la présidence du groupe parlementaire, a finalement rejoint le Rhdp. Soro Kanigui attendait la réaction de son patron, quand il découvre sur les réseaux sociaux le courrier annonçant sa démission qu’il avait adressé à ce dernier et la désignation de Loukimane Camara, député de Bouna, comme président du groupe parlementaire. Il en a été affecté et s’interroge sur le but de la diffusion d’un courrier qui n’était adressé qu’à son patron. A la limite, il soupçonne son patron d’avoir orchestré cette fuite et ce rififi au sein du Raci. « Pourquoi l’homme noir est comme ça même ? », lance-t-il, dépité. Cette ingratitude, il la justifie aussi par le fait qu’il n’a même pas été consulté, alors qu’il demeure député et qu’il peut bloquer la formation de ce groupe. Il laisse croire qu’il n’en arrivera pas là, dans la mesure où il entrera en contact avec le député Bassatigui Fofana pour voir ce qui peut être fait sur le plan administratif. « Pourquoi on fait ça, pourquoi on confond tout ? Ce qu’on oublie, (c’est que) si moi, Kanigui, je veux être méchant, jusqu’à preuve du contraire, ce qui s’est passé au Palm club n’est rien d’autre que de la plaisanterie. Je suis le président du Raci et le groupe parlementaire est officiellement déclaré à l’Assemblée nationale comme étant rattaché au Raci et par conséquent, le président du Raci peut écrire au président de l’Assemblée nationale. On oublie ça ! », rappelle-t-il. Kanigui soutienne qu’on retienne qu’il est encore président du Raci.

‘’Je n’ai pas trahi…’’

Il y a une crise de confiance entre Soro Kanigui et Guillaume Soro
Il y a une crise de confiance entre Soro Kanigui et Guillaume Soro 

 

En ce qui concerne sa trahison, il en a rigolé. « Kanigui n’a pas et ne croit pas avoir trahi Guillaume Soro », affirme-t-il. Il annoncé attendre que Soro intervienne avant de faire éclater la vérité. « (…) Quand je rentrerai à Abidjan, je donnerai des compléments d’informations sur la base de ce qu’il viendra dire parce que les Ivoiriens ont besoin de savoir la vérité », laisse-t-il entendre. Au demeurant, il estime que « les Ivoiriens ont surtout besoin de savoir qui et qui cherchent le pouvoir et qui sont-ils réellement ». Une mise en garde donc à son patron, comme pour lui dire de savoir remuer sept fois la langue avant de parler. Cependant, le député de Sirasso compte ne pas s’éterniser sur ce débat. Il dit qu’il ne fera pas comme certains en disant des méchancetés sur leurs amis quand ils ont des divergences de vue. « Quand je rentrerai à Abidjan, peut-être qu’il y aura une deuxième communication et à partir de là, ce sujet-là sera clos parce que je ne compte pas faire comme d’autres personnes. Quand ça ne va plus même avec un ami et même s’il y a des divergences, on ne se met pas à se dire des méchancetés. Rassurez-vous, quelle que soit l’évolution de cette situation, je ne vais pas revenir sur ce sujet », indique-t-il «  Il n’y a pas de trahison entre Soro et moi. Je pense qu’il y a des divergences et ce n’est pas maintenant que cela a commencé », a-t-il  renchéri.

‘’Moi, acheté par le pouvoir ?’’

Soro Kanigui est surpris des accusations de ses anciens camarades contre lui
Soro Kanigui est surpris des accusations de ses anciens camarades contre lui 

 

Qu’en est-il des accusations relatives à de l’argent qu’il aurait reçu du pouvoir. Là encore, Soro Kanigui s’inscrit en faux contre elles. Il révèle les difficultés qu’il a traversées dans sa vie, même s’il reconnait qu’il a été quelque fois aidé par Guillaume Soro, comme par exemple, le cadeau d’une voiture quand il a été élu député, ou encore les 10 millions de Fcfa reçus pour trouver un siège au Raci. Malgré ces aides, le député Kanigui rappelle avoir été blessé à la jambe gauche pendant une mission du Rdr et révèle s’être endetté pour se soigner. Il indique aussi avoir immobilisé sa famille à Korhogo pour transformer une partie de son logis d’Abidjan en siège du Raci qu’il paie régulièrement. Et de conclure par un adage : «  Quand la pluie n’a pas rempli la barrique, ce n’est pas la rosée qui le fera ». L’orateur a, en définitive, soufflé le chaud et le froid. Il a parfois donné des coups au pouvoir, mais il n’a pas non plus raté son mentor et ses désormais ex-camarades. Il attend la prochaine sortie de Guillaume Soro pour clore définitivement le débat sur la question et se définir une nouvelle ligne de conduite pour la suite de sa carrière politique. Déjà, son ancien secrétaire à la communication, Abi Daman Koné, dans le camp des dissidents, annonce aussi le déballage. Le parti dont le symbole est la termitière est donc à la croisée des chemins. La termitière est en passe de s’écrouler.

 

Stanislas KOFFI