.

En grève depuis une semaine : Que veulent les greffiers de Côte d’Ivoire ?

En grève depuis une semaine : Que veulent les greffiers de Côte d’Ivoire ?
Publié le: 3 février 2022
Les greffiers doivent mettre balle à terre

Temps de lecture : 3 min

Abidjan le 3 février 2022 (infoplus.ci)-Jeudi 27 janvier 2022, les greffiers ivoiriens entrent en grève. Leurs revendications sont multiples. Il s’agit notamment de : « la notification de tous les arrêtés d’avancement au plus tard le 15 janvier 2022 ; le paiement intégral et en une mensualité de tous les arrêtés d’avancements ; l’ouverture des discussions, avec le Garde des sceaux, sur la relecture du statut des greffiers au plus tard le 15 janvier 2022 ; la convocation, par le Garde des sceaux, de l’assemblée plénière d’adoption des actes pour l’élargissement de l’assiette de recettes des émoluments au plus tard le 15 janvier 2022 ». Ce que les greffiers ne disent pas ou feignent d’oublier, c’est que leurs conditions salariales, exécrables avant 2015, a considérablement évolué ces dernières années grâce à la bienveillance du chef de l’Etat et de ses gouvernements.

 

"Les salaires ont presque triplés depuis 2015"

 

Des greffiers, qui ne sont pas d’accord avec la grève lancée par leurs camarades, ont fourni à infoplus.ci des copies de bulletins de salaire qui retracent l’évolution de leur traitement salarial. Un greffier de catégorie B3, 2ème classe 4ème échelon qui touchait jusqu’à fin décembre 2014 la somme de 128.702 Fcfa, perçoit jusqu’à fin janvier 2022 la somme de 378.448 Fcfa, soit une augmentation de 147%. Un greffier de catégorie B7, 1ère classe 1er échelon qui touchait jusqu’à fin décembre 2014 la somme de 195.179 Fcfa touche jusqu’à fin janvier 2022 la somme de 549.951 Fcfa, soit une augmentation de plus de 140%. Leur indice salarial, à la lumière de cette démonstration, a été réévalué. Aujourd’hui, ils exigent encore une autre réévaluation de l’indice salarial plus d’autres avantages, menaçant ceux d’entre eux qui trouvent injuste, du moins, actuellement inopportunes leurs revendications. A la vérité, derrière la grève se cache un certain Dacoury, ancien secrétaire général du syndicat des greffiers, arrêté et radié pour malversation. Chassé du syndicat, l’homme a gardé la main en réussissant à faire adouber son poulain, Raymond Flan Gnranka comme nouveau secrétaire général. « C’est Dacoury qui tire les ficelles et prend en otage le syndicat pour emmerder le régime », nous a confié un greffier ce jeudi 3 février 2022, sous couvert de l’anonymat.

 

"Le gouvernement interpellé" 

 

« Nous ne voulons pas de cette grève. Mais le syndicat a déployé ceux qui sont acquis à la cause du secrétaire général et de Dacoury pour nous menacer », a confié un autre greffier. Pour assurer la continuité du service dans les départements administratifs où il y a des greffiers, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Sansan Kambilé, a pris certaines mesures. Il s’agit notamment du remplacement des greffiers par les commissaires de justice. Cette première mesure suscite des inquiétudes au sein des greffiers qui constatent que l’administration judiciaire peut fonctionner sans eux. Craignant d’être mis à l’écart, plusieurs greffiers veulent reprendre. Mais ils sont menacés et s’en sont ouverts à infoplus.ci. Les greffiers en chef, eux, ont refusé de s’associer à cette grève et continuent de travailler. C’est donc le lieu d’inviter le Garde des Sceaux à mettre un terme au chantage honteux des greffiers et il est temps pour le gouvernement de prendre des mesures contre ces auxiliaires de justice.

Yves TAPE